Numerus clausus, PACES, QCM, autant de mots qui évoquent la première année des études de santé mais qui pourtant sont amenés à disparaître avec la réforme.

Dans le cadre du plan « Ma Santé 2022 » annoncé par le président Emmanuel Macron en 2018, la PACES disparaît au profit de la PASS. Mais à quoi doit-on s’attendre exactement ?

La réforme de santé qui sera mise en place dans les universités de médecines françaises à la rentrée 2020, par ses différents axes, devrait diversifier autant l’apprentissage que le profil des étudiants de santé. Elle permettra également, grâce au système de validation, une réorientation précoce des étudiants en évitant la perte d’une année d’étude. L’étudiant pourra donc se lancer dans la PASS avec plusieurs perspectives: la poursuite d’études en médecine mais également la réussite d’une première année de licence avec possibilité de réorientation.

PASS : comment intégrer la 2ème année d'études médicales

Le parcours des études de santé 

Dans ce but de diversification, à la fin du baccalauréat, l’étudiant aura non plus une mais trois voies d’accès aux études médicales, qui sont :

  • Le PASS : Parcours d’Accès Spécifique Santé on parle également de Licence Majeure Santé
  • Les LAS : Licence d’Accès Santé ou Licence Mineure Santé
  • Un diplôme d’auxiliaire médical, comme l’IFSI, l’Institut de Formation en Soins Infirmiers 

1 – Le PASS 

La première année de ce parcours, réalisable uniquement dans les Universités possédant une Faculté de Médecine est en réalité ressemblante à l’ancienne PACES, au détail près que le fameux Numerus Clausus devient un Numerus Apertus.

Ainsi, le nombre de personne admise en deuxième année, ne sera plus fixe, mais compris dans une intervalle dont la limite finale sera déterminée par la faculté via une note limite aux examens. 

Il est important de noter que ce parcours comprend en plus de l’enseignement sur la santé, une «  mineure », c’est à dire un enseignement complémentaire dans n’importe quel domaine, laissé au choix de l’étudiant. Il n’est pas négligeable car il permettra à l’étudiant de se réorienter plus facilement en cas d’échec.

A la fin de cette année de PASS, plusieurs possibilités: 

  • l’étudiant est compris dans le numerus apertus: il poursuit son parcours d’accès spécifique à la santé dans le domaine de son choix: médecine, maïeutique, odontologie ou kinésithérapie.
  • l’étudiant n’est pas dans le numerus apertus 

                  → il a une note supérieure ou égale à 10/20 aux examens : il peut basculer vers une deuxième année de LAS dans le domaine de sa mineure.

                  → il a une note supérieure ou égale à 10/20 aux examens : il peut basculer vers une première année de LAS dans le domaine de son choix. 

Vous aurez compris que le redoublement n’est plus possible en PASS.

2 – Les LAS

A contrario de la PASS, les LAS seront réalisable dans toutes les Universités. Cette fois l’enseignement principal ou «  la majeure » peut concerner n’importe quel domaine d’étude, droit, histoire, philosophie, art, biologie, psychologie, etc. Mais l’étudiant aura forcément une «  mineure santé ».

A la fin de chacune des années L1, L2 , L3 l’étudiant pourra dès qu’il se sent près, tenter les concours d’admissibilité aux études de santé pour accéder à la deuxième année de la spécialité de son choix (médecine, odontologie, maïeutique, kinésithérapie) dans la limite de deux tentatives maximum. 

3 – Le diplôme d’auxiliaire médical 

Enfin, la dernière voie d’accès correspond à une formation en trois ans d’une profession paramédicale, avec la même logique d’accès que pour la LAS. Ce sera notamment le cas pour la formation en soin infirmier. Néanmoins les places via cette voie seront limitées à moins d’une dizaine par promotion.Cette voie d’accès est l’une des plus sélective. Elle n’est pas à privilégier si l’étudiant a pour souhait principal d’accéder aux études de santé . 

Les modes d’évaluation

La santé est un domaine qui allie la connaissance et le relationnel. Un praticien se doit à la fois d’être un spécialiste dans son domaine et donc de posséder un bagage scientifique et pratique, mais également d’être emphatique et d’avoir la capacité d’instaurer une relation de confiance avec ses patients.

Hors depuis plusieurs années, le mode d’évaluation en première année des études de santé est uniquement basé sur les QCM. Une forme qui a pour avantage d’assurer l’impartialité totale entre les étudiants mais délaisse l’aspect humain de la santé et également les capacités pratiques.

La fin du redoublement

Peu importe la voie choisie, l’accès aux études de santé ne peut être tenté que deux fois. Ainsi un étudiant qui rate la première année de PASS, ne pourra tenter les concours d’admissibilités via la LAS qu’une seule fois. A l’inverse un étudiant qui choisit directement la LASS aura deux fois la chance de participer aux tests d’admissibilités. 

La fin des QCM

Le concours de médecine n’est pas entièrement supprimé, mais d’autres modes d’examen vont remplacer les QCM. Parmi eux: 

  • les questions rédactionnelles 
  • les entretiens oraux 
  • les examens pratiques

Ces nouveaux modes d’examens permettront d’évaluer l’étudiant de manière plus globale, sur ses capacités pratiques, ses connaissances mais également son empathie, son écoute et son mode de communication. Ils permettront une évaluation plus humaine, qui se basera sur les différentes facettes de l’étudiant. Et non plus sa simple capacité à répondre mécaniquement à des QCM.

En remettant au centre de l’enseignement la pratique et les stages, ils valorisent les étudiants qui s’investissent dans leur formation à l’hôpital.

Ce qui dans un premier temps permettra une sélection de meilleurs soignants. Et dans un deuxième temps libérera les étudiants de la pression de l’apprentissage par cœur. 

PASS : la fin du Concours de Médecine ?

En réalité les choses sont plus compliquées, le concours est officiellement supprimé, mais en réalité la sélection est toujours omniprésente. Le passage en deuxième année de PASS ne sera possible que si l’étudiant dépasse une certaine moyenne définie pas la faculté de médecine. Étant donné que les facultés ont une limite de places disponibles, elles sélectionnent une note qui coïncide avec leur nombre de places maximum et de manière indirecte, un nombre d’étudiant maximum.

Les meilleurs étudiants de PASS passeront directement en deuxième année d’étude de médecine. Alors que les autres devront participer au nouveau concours de médecine avec les étudiant des LAS et des IFSI 

La validation de la première année de médecine

Bien que l’étudiant ne parvient pas à atteindre la note nécessaire pour passer en deuxième année de PASS il peut «  valider » son année en obtenant une moyenne supérieures à 10/20 aux partiels. Il valide une première année de licence, ce qui lui permettra de passer en deuxième année de licence LAS. Cette équivalence permet à l’étudiant de rebondir en valorisant son année et le travail fourni. 

Attention, la diversification des modalités d’accès aux études de médecines ne doit pas être considérée comme une suppression de la sélection. Au contraire elle reste identique voir augmentée, car les modalités d’évaluations se multiplient. L’étudiant devra être un bon praticien pour réussir ses examens pratiques, un bon orateurs, empathique et sociable pour réussir ses examens oraux.

Mais il devra également maîtriser ses cours et posséder toutes les connaissances théoriques requises. Il est donc primordial de bien se préparer dans tous ses domaines pour pouvoir prétendre à accéder à la deuxième année des études de santés. 

C’est pourquoi nous vous conseillons la Prépa Médecine des Cours Thalès, qui propose



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *