Vous entrez en cursus scientifique avec informatique (prépa, école d'ingénieur, maths info) et n'avez pas suivi la spécialité NSI ? Découvrez nos stages Python de prérentrée.
En savoir plus

Cara, qui a passé trois ans en classe préparatoire littéraire à Henri IV, nous en dit plus sur cette formation.

Cara, issue de la classe préparatoire A/L classique de Henri IV

Cara, quel a été votre parcours ?

J’ai obtenu un bac littéraire option mathématiques, avec du latin et du grec, mention très bien, à Henri IV. J’ai ensuite intégré une classe préparatoire littéraire dans le même lycée. Je ne souhaitais pas me spécialiser trop vite, c’est pourquoi j’ai effectué trois années de classe préparatoire A/L, option lettres classiques. J’ai enchaîné avec un master de relations internationales à Paris I Panthéon Sorbonne, et, en parallèle, une licence de droit à Assas. Je suis entrée directement en L2, cela s’est très bien passé, je n’avais aucune matière à rattraper. À vrai dire, j’étais prise en L3 mais j’ai préféré entrer en L2 pour prendre le temps d’acquérir les bases.

Quand avez-vous su quelles études ou quel métier vous souhaitiez faire ?

Je sais précisément dans quelle branche j’ai envie de travailler : la haute fonction publique, le quai d’Orsay en particulier – d’où le choix de mon double cursus. Dès le lycée, je savais que je voulais faire une classe préparatoire, pour acquérir une plus grande culture générale et approfondir ce qu’on avait vu au lycée. En revanche, je n’avais pas encore de projet d’avenir bien précis.

Quelles étaient vos matières préférées et/ou fortes au lycée?

J’avais d’excellentes notes partout, ce qui est indispensable pour entrer en prépa – mais j’affectionnais particulièrement les langues, tant vivantes que mortes, et l’Histoire-Géographie.  Cette appétence pour l’histoire et la géographie m’a énormément servi durant mon master de relations internationales. Le droit, en revanche, c’est une découverte, mais la maîtrise du latin m’a été très utile dans ce domaine. En licence, le professeur d’histoire du droit des obligations donnait tous les textes en latin, non traduits !

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre parcours?

En classe préparatoire, le fait d’apprendre beaucoup de choses différentes, de travailler des disciplines différentes – et d’avoir droit à une équivalence de L2 ou de L3 dans celles-ci. J’ai aussi apprécié de découvrir une nouvelle manière de travailler, et de me rendre compte en sortant de prépa que j’apprenais beaucoup plus vite ! Après la prépa, on sait très bien rédiger, on a davantage de rigueur dans le développement de nos idées, on a développé un esprit critique. C’est une expérience très enrichissante, qui va mener un peu à tout : écoles de commerce, relations internationales, droit… et beaucoup d’autres débouchés variés.

Quelles sont les qualités essentielles pour réussir dans votre domaine ? Avez-vous des conseils à donner à un élève qui voudrait suivre le même parcours que vous ?

Pour entrer en classe préparatoire, il est indispensable d’avoir de bonnes notes partout ; c’est nécessaire, car c’est une formation très générale. Je conseille vivement aux lycéens intéressés d’aller aux portes ouvertes avec leur bulletin pour demander un avis. La soif d’apprendre, la curiosité d’esprit, sont aussi indispensables. Il faut être très organisé ; certains ont beaucoup de mal à gérer la pression. Il faut en outre apprendre rapidement à travailler en groupe, sans quoi on n’y arrive pas. J’ai beaucoup aimé les deux premières années de ce point de vue, un peu moins la dernière, mais on est assez nombreux pour trouver un petit groupe avec qui travailler efficacement. Enfin, il faut savoir prendre du temps pour soi, même si c’est parfois difficile ! Personnellement, je faisais beaucoup de sport et de musique.

Quels sont vos projets pour la suite ?

Après mon master de droit public, je compte passer le concours du Quai d’Orsay. Idéalement, je vise la prép ENA Paris I/ENS. Cela me permettra d’allier le droit public et les relations internationales.

Découvrez les autres parcours d’étudiant

Claire, étudiante en école d’ingénieur
Guillaume, étudiant en école de commerce
Andrée, étudiante en Médecine


Étape 1 sur 2

  • Tous nos conseils pour accompagner la scolarité et l’orientation de votre enfant sont dans Ed, la newsletter de l’éducation. Abonnez-vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *