La reprise de l’école se place cette année sous le signe de l’inquiétude. Pas question de discuter calendrier des vacances scolaires, cantine, liste des fournitures demandées, emplois du temps, activités périscolaires, montant de l’allocation de rentrée, horaire des écoles, collèges et lycée, poids du cartable, actualité des manuels scolaires, nom des professeurs principaux et autres poncifs… Non, cette année, les questions que chacun se pose sur les modalités de la rentrée scolaire 2020 sont tout autres. Les établissements resteront-ils ouverts? Si oui, comment fonctionneront-ils?

La pandémie n’est pas derrière nous. Pire, à en croire les derniers chiffres, on ne peut exclure que la deuxième vague soit pour la rentrée. D’ailleurs, en cas d’aggravation de la situation sanitaire, un plan de continuité pédagogique est d’ores et déjà prévu… D’ailleurs, le ministre de l’éducation nationale ambitionne de développer rapidement les compétences numériques de chaque enfant. De toute façon, la rentrée 2020 sera particulière. Quelles en sont les modalités officielles?

Modalités pratiques de la rentrée scolaire 2020 : on insiste sur la sécurité

Le Ministère de l’éducation nationale a publié un guide sanitaire de la rentrée scolaire destiné à répondre à la situation épidémique. Morceaux choisis – pas forcément des nouveautés de la rentrée :

« Les parents d’élèves jouent un rôle essentiel. Ils s’engagent à ne pas mettre leurs enfants à l’école, au collège ou au lycée en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant la Covid-19 chez l’élève ou dans sa famille. » Même règle pour tous les intervenants, qui ne peuvent entrer dans l’école qu’après nettoyage ou désinfection des mains, et avec un masque grand public. Le cas échéant, les accompagnants suivront la même règle.

« Dans les espaces clos (salles de classe, ateliers, bibliothèques, réfectoires, cantines, internats, etc.), la distanciation physique n’est plus obligatoire lorsqu’elle n’est pas matériellement possible ou qu’elle ne permet pas d’accueillir la totalité des élèves. » Autant dire qu’on fait au mieux, mais que l’impossible n’est plus demandé, contrairement à ce qui s’est passé en mai… Quant aux espaces extérieurs, et donc à la récréation, les règles de distanciation ne s’y appliqueront jamais. « Toutefois, les élèves de plus de 11 ans doivent porter le masque de protection, dans les espaces clos et extérieurs, lors de leurs déplacements ainsi qu’en classe lorsque la distanciation d’un mètre ne peut être garantie et qu’ils sont placés face à face ou côte à côte. » (Les enfants scolarisés dans le premier degré restent donc exemptés.)

Enfin, les gestes barrière s’appliquent évidemment toujours, et restent essentiels.

Gestes barrière : un incontournable de la rentrée scolaire 2020
les gestes barrière, toujours d’actualité à la rentrée scolaire 2020

Détails pratiques

La circulaire détaille, en outre, la façon de ranger son masque, de se laver les mains. Elle impose la ventilation ou l’aération (fréquente) et le nettoyage des classes et autres locaux. En outre, elle affine les modalités de brassage des élèves – on ne l’interdit pas, mais on privilégiera les déplacements des professeurs plutôt que ceux des élèves, qui resteront donc plus qu’avant dans la même salle de classe d’un cours à l’autre. Les regroupements seront autant que possible évités.

Jean-Michel Blanquer met aussi l’accent sur la formation, l’information et la communication. Espérons qu’un tel effort améliore, au delà de l’épidémie de Covid-19, la situation sanitaire globale des établissements scolaires ! Il s’agit en effet de sensibiliser tout le monde : équipes éducatives, personnel administratif, d’encadrement et d’entretien, parents… Et, bien sûr, les élèves, écoliers, collégiens et lycéens (y compris les étudiants de cpge.)

Modalités pratiques de la rentrée scolaire 2020 : quid des apprentissages?

L’insistance sur la sécurité sanitaire rassure. Néanmoins, la plupart des parents s’inquiètent surtout des apprentissages. En effet, depuis le mois de mars, le confinement et la reprise très limitée des cours ont créé d’énormes disparités entre les enfants. Même les plus chanceux d’entre eux – ceux qui ont bénéficié de soutien scolaire, de dédoublements dans les classes rouvertes, etc – ont appris autrement, et peut-être autre chose, que s’ils avaient eu cours normalement. L’enjeu éducatif cristallise les inquiétudes.

A cet égard aussi, le ministre de l’éducation se veut rassurant. La circulaire de rentrée 2020 rappelle que des postes et des heures supplémentaires ont été budgétés, et propose aux enseignant des outils permettant d’identifier les objectifs prioritaires et d’évaluer leur acquisition. En primaire comme au collège, on pourra proposer aux plus fragiles des activités et parcours personnalisés. On est en droit de s’inquiéter des rythmes ainsi imposés aux élèves, d’autant que le rythme scolaire habituel est souvent loin derrière eux. Mais il est difficile de rattraper un retard sans efforts. Notons que les élèves handicapés bénéficient aussi de davantage d’accompagnants.

Voilà qui devrait limiter le décrochage scolaire… mais comment s’assurer que le niveau d’ensemble n’ait pas durablement baissé? La circulaire soulève la question. Elle propose là encore un encadrement amélioré, du primaire au lycée, et plus d’aide à l’orientation pour les lycéens. Elle souligne aussi l’importance des langues, des arts, de la culture, de l’éducation physique et sportive, de l’éducation civique enfin. Beau programme, dont les modalités restent à préciser. La rentrée officielle a lieu le 2 septembre, espérons que l’année scolaire commence bien, et que la reprise des cours dure… au moins jusqu’à la Toussaint !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *