Comment préparer le grand oral du bac? | Le Bon Binôme

Préparer le grand oral, cela effraie. Un “grand oral,” en effet, jusque là, cela faisait plutôt penser à l’ENA. Alors passer le “grand oral du bac” à 17 ans… Seulement, évidemment, ce grand oral là n’a pas grand chose à voir avec l’autre. Il n’est pas plus à craindre qu’une autre épreuve. Au contraire, puisqu’il porte sur un sujet précis, choisi par le candidat et préparé pendant l’année scolaire, il n’y a aucun risque de tomber sur un sujet qu’on maîtrise mal !

Voici comment se présente l’épreuve – et comment s’y préparer !

Jury applaudissant

L’épreuve

Pour réussir une épreuve, il faut savoir précisément à quoi s’attendre le jour J ! Le grand oral du bac dure 20 minutes, réparties comme suit :

  • Le candidat présente d’abord au jury les 2 questions qu’il a préparées pendant l’année, seul ou associé à d’autres élèves ; le jury en choisit une.
  • Durant 20 mn, le candidat prépare sa réponse, et son support (non évalué) de présentation s’il souhaite en donner un au jury ;
  • 5 mn de présentation du sujet choisi – sans notes et debout ;
  • 10 mn d’entretien avec le jury, autour de la question présentée et des spécialités de Première et Terminale ;
  • 5 mn d’échange relatif au projet d’orientation du candidat. L’idéal est de réussir à montrer comment la question traitée a aidé l’intéressé à mûrir son projet !

Le jury

Deux professeurs de lycée (moins imposants que le jury de la photo…) constituent le jury : soit ceux des deux spécialités de Terminale, soit un professeur de la spécialité concernée par le texte et un professeur du tronc commun. Le candidat se retrouvera donc debout face à deux professeurs assis, comme c’était le cas pour les TPE. Si l’oral des épreuves anticipées de français est moins impressionnant,

L’objectif

Le jury évalue la forme (qualités de présentation) et le fond (argumentation) de l’exposé ; pendant l’entretien qui suit, outre la qualité de l’argumentation, il évalue les qualités d’écoute de l’élève. Ce temps d’échange permet à l’élève de mettre en valeur ses connaissances, et de montrer sa capacité à faire le lien avec les programmes du lycée.

La notation

Cette épreuve obligatoire fait partie des 5 épreuves finales du bac (60% de la note finale à elles cinq). Elle est notée sur 20 points, avec un coefficient 10 (en voie générale) ou 14 (en voie technologique).

Le ministère a d’ailleurs mis en ligne une vidéo pour vous expliquer tout ça !

Préparer le grand oral pendant l’année

Le choix des questions

Le candidat présente au jury deux questions préparées avec ses professeurs et éventuellement avec d’autres élèves, qui portent sur ses deux spécialités, soit prises isolément, soit abordées de manière transversale en voie générale. Pour la voie technologique, ces questions s’appuient sur l’enseignement de spécialité pour lequel le programme prévoit la réalisation d’une étude approfondie.

Se documenter

Les questions s’appuient sur les programmes des spécialités de terminale, mais il est indispensable de compléter ce qui a été étudié en cours. Des recherches personnelles sérieuses sont nécessaires.

Préparer sa réponse

Certes, la préparation se fait sans documents (sauf en 2021, suite aux annonces du ministère), mais ce n’est pas une raison pour ne pas construire sa réponse à l’avance. Au contraire, c’est la seule façon de s’en sortir ! Il faut avoir en tête ce qu’on va dire, non en gros, mais de façon organisée. Le temps de préparation permettra de se remémorer le plan, les éléments essentiels.

Etre capable de restituer un travail sans support ne s’improvise pas : il faut mémoriser intelligemment. L’élève qui apprend facilement par cœur préfèrera apprendre par cœur, d’autres ne mémoriseront que la trame et se feront confiance pour formuler correctement les choses lors de l’épreuve. Le premier risque de ne pas avoir l’air naturel, le second de chercher ses mots… Tout cela se travaille ! Il faut s’entraîner, face à un public ou face à sa caméra, et dans les conditions de l’examen. Surtout, ne pas s’entraîner uniquement avec ses notes dans les mains si l’épreuve se déroule sans notes ! L’entraînement permet de s’habituer, de corriger ses erreurs (posture, élocution, clarté du propos) mais aussi de minuter son temps de passage.

Pour plus de détail sur les méthodes de développement des capacités à l’oral, consultez notre article sur les oraux des écoles.

Préparer son support

Même chose pour ce support visuel, qui doit permettre au jury de mieux comprendre ce que vous avez à lui dire : l’improvisation n’est pas de mise !

Préparer l’échange

Préparer le grand oral c’est aussi se préparer à répondre aux questions du jury. Bien sûr, il est impossible de les connaître à l’avance !

En revanche, on peut tout à fait les anticiper. Voici deux méthodes :

  • exposer sa réponse à des tiers : parents, camarades, professeur(s). Inviter ceux-ci à poser des questions, soit sur ce qui n’est pas clair, soit sur ceux à quoi cela leur fait penser… et préparer les réponses ;
  • réfléchir au lien avec l’actualité, et surtout avec les programmes du lycée ; se préparer à développer ces liens.

En outre, il faut apprendre à ne pas rester muet devant une question : si on n’a pas la réponse, il faut rebondir. Par exemple, on peut demander des précisions, une reformulation… On peut aussi rapprocher la question de quelque chose qu’on sait ! Mais il faut le faire intelligemment : on peut dire “je n’ai pas de réponse en tête, mais cela m’évoque cependant quelque chose d’important…” mais certainement pas faire semblant que ce qu’on dit traite la question posée !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous recherchez un cours ?

Demandez un devis gatuitement
Notre équipe vous répond
01 80 06 64 15