📝 Les enfants à haut potentiel : 5 conseils pour les accompagner

Qu’on soit parent d’un enfant Ă  haut potentiel intellectuel (HPI) ou qu’on lui donne un cours particulier, on se sent facilement dĂ©semparĂ©. Pourquoi cet enfant, si vif et si intĂ©ressĂ©, ne rĂ©ussit-il pas ce qu’il a Ă  faire ? Et surtout, comment l’aider ?

Les enfants Ă  haut potentiel doivent ĂȘtre accompagnĂ©s afin qu’ils ne se sentent pas lĂ©sĂ©s et incompris. Il n’est pas toujours Ă©vident de comprendre ces enfants, dans cet article on vous donne quelques conseils

MĂȘme les gĂ©nies font des erreurs, tu sais ?

« Je suis nul ! Â» Cet aveu revient souvent chez les HP , les “zĂšbres”, ceux qu’on appelait autrefois enfants prĂ©coces ou enfants surdouĂ©s. Rien ne sert de leur rĂ©pondre qu’au contraire ils sont brillants : dans leur logique, l’un n’exclut pas l’autre, au contraire. « Je suis nul car Ă©tant brillant, je devrais avoir rĂ©ussi mais j’ai ratĂ© Â», renchĂ©rirait l’intĂ©ressĂ©. La douance ne crĂ©e-t-elle pas des devoirs, en particulier celui de s’assurer la rĂ©ussite scolaire ? Un haut quotient intellectuel ne se gĂąche pas… Mieux vaut privilĂ©gier d’autres rĂ©ponses Ă  l’auto-dĂ©nigrement.

Par exemple, on peut souligner que tout le monde se trompe, mĂȘme les gens les plus brillants. Un Ă©chec ponctuel n’est pas synonyme d’Ă©chec scolaire ! Dans certains domaines, c’est en se trompant qu’on trouve. L’erreur peut ĂȘtre nĂ©cessaire – car en l’étudiant, on apprend comment ne pas la refaire. C’est d’ailleurs un conseil qui vaut pour tout le monde ! Les Ă©tudiants en mĂ©decine, par exemple, sont invitĂ©s Ă  tenir des « carnets d’erreur Â» et Ă  bien apprendre leurs propres bĂȘtises pour Ă©viter de les refaire.

Pour dĂ©passer l’erreur et en tirer parti, il est fructueux de recentrer la conversation sur le travail qui a suscitĂ© cette remarque. « Ta rĂ©ponse est fausse, mais est-ce que tu peux trouver pourquoi ? Â» ou « Tu as oubliĂ© des questions, est-ce que tu te rappelles Ă  quoi tu pensais Ă  ce moment-lĂ  ? Â»

On peut aussi faire appel Ă  leur lĂ©gendaire sens de l’humour… mais attention : leur manque d’estime de soi, leur frĂ©quente immaturitĂ© affective, leur hypersensibilitĂ©, font qu’ils se vexent facilement si on plaisante avec leur mal-ĂȘtre.

Aider un enfant Ă  haut potentiel

Pour l’enfant Ă  haut potentiel, trop de choses semblent Ă©videntes

Autre particularitĂ© des enfants Ă  haut potentiel : ils raisonnent vite. Parfois trop vite pour ne pas se tromper, ou simplement trop vite pour qu’on trouve avant eux. RĂ©sultat, il arrive qu’on ne les suive pas du tout
 A cela, une seule solution : quand l’enfant apporte une rĂ©ponse, qu’elle paraisse juste ou fausse, il faut lui demander comment il l’a trouvĂ©e – en lui faisant sentir qu’il ne s’agit pas de le mettre en difficultĂ©, mais de comprendre.

Globalement, ces enfants ont tendance Ă  « sauter les Ă©tapes Â», Ă  toujours vouloir gagner du temps. Mais s’ils comprennent que dĂ©tailler les Ă©tapes est nĂ©cessaire – Ă  eux-mĂȘmes ou Ă  leur interlocuteur –  et fructueux, ils s’y mettent sans rechigner. Expliquer, c’est intĂ©ressant !

En outre, leur grande sensibilitĂ© les rendant anxieux, leur pensĂ©e peut, paradoxalement, souffrir de confusion en cas de stress Ă©motionnel. En cas d’incomprĂ©hension, voire faute de comprĂ©hension immĂ©diate, ils perdent facilement les pĂ©dales, submergĂ©s par leurs Ă©motions. Leur apprendre Ă  se poser, Ă  dĂ©composer, c’est aussi les aider Ă  canaliser leur potentielle panique. L’objectif : amĂ©liorer leurs rĂ©sultats scolaires, mais aussi rendre la vie plus facile Ă  l’adulte Ă  haut potentiel qu’ils seront bientĂŽt !

Le pourquoi avant le comment chez les enfants Ă  haut potentiel

Plus gĂ©nĂ©ralement, l’enfant prĂ©coce a le plus grand mal Ă  apprendre sans comprendre. Par consĂ©quent, le par cƓur le rĂ©pugne, voire le hĂ©risse. Nous vivons dans un monde oĂč l’apprentissage par cƓur, « bĂȘtement Â», est souvent considĂ©rĂ© comme rĂ©trograde, et il partage cette opinion. NĂ©anmoins, apprendre par cƓur est souvent indispensable.

Prenons les tables de multiplication, par exemple : mettant Ă  profit sa rapiditĂ©, l’enfant Ă  haut potentiel aura tendance Ă  ne jamais les apprendre, et Ă  faire les additions dans sa tĂȘte Ă  toute allure. On n’y voit que du feu
 sauf que le rĂ©sultat est parfois faux. MĂȘme chose pour apprendre un poĂšme : il va falloir qu’il en assimile la logique, la structure, rĂ©flĂ©chisse aux choix effectuĂ©s par l’auteur, pour arriver Ă  mĂ©moriser les mots. C’est souvent les textes les plus simples, qui l’ennuient, qu’il mĂ©morise le moins bien !

En fait, les enfants prĂ©coces ont besoin que les choses fassent sens. S’ils ne suivent pas les consignes, c’est qu’ils ne voient pas pourquoi les suivre. « Parce que c’est comme ça Â» sonne Ă  leurs oreilles comme une provocation. Une seule solution : expliquer, mĂȘme si cela suppose parfois d’aborder des notions abstraites et des questions Ă©loignĂ©es du sujet.

Besoin d’un accompagnement personalisĂ© ?

La “pensĂ©e en arborescence” des enfants Ă  haut potentiel

D’ailleurs, les enfants Ă  haut potentiel intellectuel ont l’habitude de changer de sujet
 c’est mĂȘme l’une de leurs caractĂ©ristiques : on parle d’une « pensĂ©e en arborescence Â» – plusieurs idĂ©es naissent d’une seule, plusieurs sont poursuivies en mĂȘme temps (en alternant, quand mĂȘme !). Le travail d’accompagnement suppose de faire le tri entre les pensĂ©es utiles et les pensĂ©es parasites – et donc de ne jamais perdre de vue l’objectif.

En outre, la prĂ©cocitĂ© intellectuelle va souvent  de pair avec un profil cognitif inhabituel. RĂ©sultat, le lien que ces enfants font entre les choses n’est pas toujours Ă©vident vu de l’extĂ©rieur : certains postulats sont parfois dĂ©routants. Qu’un A est une lettre jaune ou que le vert amande a le goĂ»t de chocolat peuvent surprendre
 Il est parfois simplement nĂ©cessaire de prĂ©ciser « les autres personnes ne ressentent pas cela Â».

Les enfants à haut potentiel : nourrir leur curiosité

L’enfant HPI comprend vite. Il va vite. Il a donc, rapidement, l’impression d’avoir fait le tour d’un sujet. Rien ne sert de lui faire refaire le tour
 ou il n’y comprendra plus rien, faute d’arriver Ă  se concentrer dessus, sa sensibilitĂ© exacerbĂ©e lui nuisant. Le risque : des troubles de l’apprentissage, voire des troubles du comportement. Il existe trois mĂ©thodes pour s’assurer que les Ă©lĂšves Ă  haut potentiel ne s’ennuient pas :

  • L’accĂ©lĂ©ration : faire le programme plus vite que les autres, que ce soit en sautant des classes ou en abordant certaines notions plus tĂŽt que prĂ©vu,
  • L’enrichissement : apporter plus de contenu, des dĂ©tails, un accĂšs Ă  davantage d’information sur un sujet – et donc d’inviter l’enfant Ă  faire une synthĂšse plus complĂšte que les autres sur un mĂȘme sujet,
  • Enfin, l’approfondissement : rĂ©aliser une Ă©tude plus complĂšte des sujets au programme, la curiositĂ© du surdouĂ© aux sujets qui l’intĂ©ressent Ă©tant insatiable.

Un dernier point : deux enfants ayant ce mĂȘme profil diffĂšrent Ă©videmment toujours sous mille aspects. Certains aiment qu’on fasse appel Ă  l’humour, d’autre souhaitent calme et sĂ©rieux
 Certains ne se sentent bien que sur fond musical, d’autres ne supportent pas le bruit
 Il arrive aussi que la douance soit accompagnĂ©e de dyslexie, de troubles de l’attention, d’un syndrome d’Asperger… Haut potentiel ou pas, c’est tout de mĂȘme Ă  un individu unique qu’on s’adresse, et ces conseils trouvent leur limite dans cette unicitĂ© !


Vous avez besoin d’aide pour progresser ou vous remettre Ă  niveau dans une matiĂšre ? Le Bon BinĂŽme vous propose une solution d’accompagnement ajustĂ©e Ă  chaque Ă©lĂšve.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous recherchez un cours ?

Demandez un devis gatuitement
Notre équipe vous répond
01 80 06 64 15