Comment travailler efficacement ? | Le Bon Binôme

On aimerait voir nos enfants mieux travailler. Parfois nous avons l’impression qu’ils ne se concentrent pas assez, ne travaillent pas assez régulièrement ou avec trop peu de rigueur. Ou alors qu’ils travaillent suffisamment (en quantité) mais se trouvent en difficulté lors des interrogations et DST.  Cela peut venir d’un manque de méthode : apprendre oui, mais comment ? Voici quelques conseils pour mettre toutes les chances de leur côté.

Mieux vous connaître : votre mémoire et votre profil d’apprentissage.

Connaissez-vous les 3 types de mémoire ?

Pour apprendre efficacement son cours, il faut déjà savoir comment fonctionne notre mémoire et notre cerveau. Vous le savez peut-être nous avons trois types de mémoire :

  • une mémoire à court terme pour retenir des données pendant un court moment, les maintenir à l’esprit (un numéro de téléphone, une adresse etc.). Cette mémoire peut retenir environ 7 éléments (c’est pour cela que l’on retient mieux les numéros de téléphones en mémorisant 5 nombres de 2 chiffres et non une suite de 10 chiffres).
  • une mémoire de travail qui analyse et nous permet de comprendre les informations.
  • une mémoire à long terme qui permet de retenir des souvenirs sur des périodes très longues : plusieurs années voire toute notre vie.

Apprendre c’est faire passer de la mémoire de court-terme à la mémoire de long-terme.

Connaître votre profil d’apprentissage : êtes-vous visuel, auditif ou kinesthésique ?

Il est aussi utile de connaître votre profil d’apprentissage, c’est à dire quelle est la méthode la plus adaptée pour apprendre :

  • Les « visuels » :  ils se souviennent de ce que le prof a écrit ou dessiné au tableau. Ils fichent leurs cours et font des schémas ou mind map. Ils vont apprendre par des schémas, des images.
  • Les « auditifs » : ils se souviennent plutôt de ce qu’a dit le professeur. Ils vont mieux apprendre en écoutant le professeur, en se récitant leurs leçons, en écoutant une vidéo.
  • Les « kinesthésiques » : ils ont besoin d’agir, de bouger pour apprendre. Ils vont mieux apprendre en marchant, ou par des jeux : quand quelqu’un les fait réciter sous forme de quiz etc.

Les clés d’un apprentissage efficace

Les 4 étapes pour apprendre son cours efficacement

Pour cela, il faut respecter 4 étapes :

  • attention (pour remplir la mémoire à court terme)
  • compréhension (pour remplir la mémoire de travail)
  • mémorisation (pour remplir la mémoire à long-terme)
  • réflexion (pour utiliser ses connaissances afin de résoudre un problème, répondre à une question)

Sans attention (en classe ou lors de son travail chez soi) pas de bonne compréhension. Sans compréhension il est difficile de mémoriser : on dit que l’on retient 10% de ce que l’on lit mais 80% de ce que l’on a lu et compris (au point d’être capable de l’expliquer à quelqu’un d’autre). Sans avoir mémorisé, il est impossible de réfléchir à un sujet.

La réactivation : un outil imparable pour mémoriser

Mémorisation Soutien scolaire Le Bon Binôme
  • Pendant le cours : on fait appel à la mémoire de court terme. Il est difficile de retenir ce que l’on ne comprend pas : la compréhension est la première étape de l’apprentissage.  Tout se passe en cours. Il faut être attentif : éviter les distractions (bavardage, utilisation du téléphone). Votre objectif est de sortir du cours en l’ayant compris. Parfois on se dit “je verrai ce soir, ou je demanderai plus tard à ce qu’on m’explique” mais  il vaut mieux demander tout de suite ! Si vraiment des lacunes se sont accumulées et empêchent la compréhension, il est possible de profiter de soutien scolaire.
  • Réactivation en fin de cours : avant de fermer vos cahiers, prenez 1 minute pour répondre à la question « quels sont les trois points essentiels à retenir de ce cours ? ».
  • Réactivation du soir : (les évocations) pendant la nuit le cerveau nettoie sa mémoire en enlevant tout ce dont vous n’avez plus besoin. Si vous relisez votre cours le soir, donc une deuxième fois dans la journée, cela lui enverra le signal suivant « cette information est importante, il faut la retenir ». Comment faire ?  
    • 1ère étape : Sortir une feuille blanche et essayer de se rappeler de l’essentiel : noter tout ce que vous pouvez. C’est ce qui fait passer de la mémoire de court-terme à la mémoire de travail.  Vous ne vous souviendrez pas de tout, il y aura des trous, ce n’est pas grave.Sans cette évocation, vous allez perdre plus de 50% du cours.
    • 2ème étape : ouvrir le cahier ou le manuel pour combler ces trous, comparer avec ce que l’on a écrit, rectifier les erreurs.
    • 3ème étape : on referme le cahier pour réciter ce que l’on avait oublié. L’opération doit durer une dizaine de minutes (c’est un peu plus long au départ, mais après quelques jours, 10 minutes devraient suffire).
  • Réactivation du lendemain (ou du surlendemain) : même chose que la veille : sortez une feuille blanche et notez tout ce qui vous revient. Cette fois-ci les souvenirs seront plus nombreux et mieux structurés.
  • Test : la veille du cours : en 5 minutes, remémorez-vous ce que vous avez appris. Se faire réciter, vérifier que j’ai tout dans ma tête. A cette étape, je dois pouvoir restituer l’ensemble des éléments appris.
  • Révision du contrôle / réflexion : “Je suis bien en classe, j’apprends mes leçons mais j’ai de mauvaises notes en devoirs !” Cette situation on la connaît. C’est que, souvent, les élèves essayent d’apprendre leur cours pour la première fois les jours qui précédent le DST. Or le cours doit être déjà su et cette étape de révision ne doit consister qu’à s’exercer : prendre des exercices types ou des épreuves de brevet ou de bac pour les années de 3ème, 1ère et Terminale. Il faut faire les liens avec les différents cours dans la matière concernée et pourquoi pas entre deux matières différentes (lier le travail réalisé en mathématiques et celui fait en physique-chimie, lier un thème travaillé en français et en histoire etc.).

Cela s’applique

  • Pour les cours avec du contenu (exit le dessin, exit la séance de mathématiques où vous n’avez fait que des exercices)
  • Pour les cours qui ne se suivent pas d’un jour à l’autre : si vous avez cours dans une matière un jour et le lendemain, vous ne ferez que les évocations en fin de cours et le soir.

Que retenir ? quelles implications ?

Si vous ne travaillez pas régulièrement et ne révisez que la veille d’un devoir : vous vous en sortirez peut-être au devoir le lendemain… mais ce que vous avez retenu (en mémoire court-terme ou de travail) disparaîtra dans les jours suivants. Donc des efforts pour rien !

Si vous avez des difficultés à déterminer votre profil d’apprentissage, n’hésitez pas à contacter Sophie Pronnier, orthopédagogue à Paris.

Si votre enfant a besoin d’un accompagnement pour mettre en place de bonnes méthodes de travail, n’hésitez pas à nous envoyer une demande d’accompagnement ; nous prendrons rendez-vous.

Crédit Photo : Jaime Serra / Noun Project
Collégiens, lycéens, comment travailler moins (en travaillant mieux) ?
4.7 (93.33%) 3 votes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *