S’il est devenu banal d’opposer le « par cœur bête » à une façon d’apprendre plus judicieuse, fondée sur la compréhension, il reste indispensable de maîtriser certaines connaissances sous la forme exacte sous laquelle elles nous ont été transmises. Poésie, tableau des éléments chimiques, théorème ou orthographe lexicale, comment faire pour retenir par cœur quand on n’en a pas l’habitude ?

1. Lire, cacher, réciter

C’est le B.A.BA : on essaie de mĂ©moriser un contenu soit visuellement, soit en le lisant Ă  mi-voix. Il s’agit de s’aider de la disposition du contenu, des sonoritĂ©s… Soit on rĂ©cite, soit on Ă©crit ce qu’on se rappelle. Mais attention Ă  ne pas perdre de vue l’essentiel. On se rappelle Toto qui “avait oubliĂ© les paroles mais se rappelait la musique” des tables de multiplication !

Sur le même sujet : Les aliments bons pour la mémoire

2. Procéder par tests espacés

La méthode ci-dessus inscrit les éléments mémorisés dans la mémoire de travail, mais ne permet pas, à elle seule, de mémoriser ceux-ci à long terme. Pour ce faire, il faut essayer de retrouver ceux-ci dans sa mémoire, sans s’aider du cours, à intervalles de plus en plus longs : 1 jour, 3 jours… ensuite, on compare avec le modèle.

3. Utiliser des “flashcards”

Pour apprendre par coeur, on peut aussi créer de petites fiches avec une question au recto, et la réponse au verso. Puis s’interroger régulièrement sur celles-ci. Ces petites fiches sont d’ailleurs très pratiques pour réviser dans le bus pour l’école par exemple.

Cette méthode peut se pratiquer en ayant recours à des logiciels comme Anki, qui permettent de travailler sur son téléphone ou son ordinateur.

4. Utiliser des textes Ă  trous

Qu’il s’agisse d’un rĂ©sumĂ© de cours ou d’un poème, masquer une partie (essentielle) du cours pour l’apprendre par coeur est souvent très efficace. Mais attention : si on doit mĂ©moriser le texte entier, il ne faut pas se contenter de cela, sinon, sans le cadre, on ne saura plus rien du tout !

5. Faire appel à des moyens mnémotechniques

Ma maman m’a appris que « la circonférence est toute fière d’être égale à 2 𝝅 R et le disque est tout heureux d’être égal à 𝝅 R² » — très efficace pour se rappeler périmètre et aires quarante ans plus tard !

Et si on ne connaĂ®t pas de mĂ©thode ? On l’invente ! Celle qui marche le mieux est celle qu’on a le plus de raisons de retenir, parce qu’elle est drĂ´le, nous rappelle notre chanteur prĂ©fĂ©rĂ©, etc.

Une mĂ©thode mnĂ©motechnique spĂ©cifique vaut d’ailleurs d’ĂŞtre citĂ©e : c’est la mĂ©thode spatiale. On peut associer les diffĂ©rents objets d’une pièce connue, ou les diffĂ©rentes pièces d’une maison, Ă  des parties de discours qu’on doit connaĂ®tre par coeur, ou Ă  la structure de ce discours. Pour le restituer, on s’imagine circuler…

En bref : pour “imprimer”, il ne faut pas relire mille fois une liste ou un texte, ça ne marche pas ! Au contraire, rester alerte, inventif, et procĂ©der par Ă©tapes donne de bons rĂ©sultats.


Étape 1 sur 2

  • Tous nos conseils pour accompagner la scolaritĂ© et l’orientation de votre enfant sont dans Ed, la newsletter de l’éducation. Abonnez-vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *